Sciences

Laboratoire

Quand les industriels manipulent la science

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Comment interpréter les publications scientifiques contradictoires pour savoir si tel additif alimentaire est nocif pour la santé, si les radiations de nos téléphones augmentent les risques de cancer ou si le Roundup est vraiment un poison pour l'homme et l'environnement ?

Les études scientifiques nuisent-elles à notre liberté de choisir ?

Il faut savoir que lors de la mise sur le marché d'un produit nécessitant une étude toxicologique, c'est l'industriel qui finance l'étude et qui calcule la DJA (Dose journalière Acceptable) du produit, jusque là tout est normal, ce qui l'est moins c'est que ces études ne sont jamais rendues publiques, ne font pas l'objet d'une publication dans les revues scientifiques, et, cerise sur le gâteau, les données sont couvertes par le secret commercial ! De là à imaginer un système corrompu par l'argent, les conflits d'intérêts, les manipulations statistiques, la minoration de la santé humaine il n'y a qu'un pas ! La journaliste d'investigation Marie-Monique Robin l'a démontré dans son livre et les  films "Le monde selon Monsanto" et "Notre poison quotidien". Début 2016, suite à l'enquête de Cash investigation sur les pesticides, elle a de nouveau pointé du doigt le système des LMR complètement faussé et un "facteur sécurité" qui relève de l'empirisme le plus pur (1).

Pourquoi la plupart des découvertes publiées sont fausses

John Loannidis est un épidémiologiste de l'université de Stanford qui s'est spécialisé dans l'analyse des bases statistiques sur lesquelles s'appuient les recherches biomédicales. En 2005 il a publié dans la revue PLoS Medicine, un essai intitulé "Pourquoi la plupart des découvertes publiées sont fausses". L'article indiquait notamment que les bases statistiques sur lesquelles s'appuyaient de nombreuses études n'étaient pas suffisamment rigoureuses pour que les résultats obtenus aient une véritable valeur. Mais ce n'est pas tout. L'auteur indiquait aussi que le problème des statistiques n'était pas le seul biais constaté dans la conception des essais cliniques censés décider le la mise sur le marché de médicaments. Il écrivait "Plus importants sont les intérêts financiers et autres ainsi que les préjugés dans un domaine scientifique, moins il est probable que les découvertes y seront vraies".

 

tomate modifiée

 

Dans l'éditorial de The Lancet du 11 avril 2015, son rédacteur en chef, le Dr. Richard Horton, rapporte anonymement des propos entendus lors d'un symposium à Londres (2) “une grande partie de la littérature scientifique, peut-être la moitié, est tout simplement fausse. Contenant des études avec de petits échantillons, aux effets minimes, aux analyses exploratoires invalides, et avec des conflits d'intérêts évidents, avec l'obsession de suivre des tendances à la mode d'importance douteuse, la science a pris un virage vers l'obscurantisme. En pratique 'de mauvaises méthodes donnent des résultats.” Vous conviendrez que c'est assez perturbant, étant donné que toutes ces études (qui sont parrainées par l'industrie) sont utilisées pour développer des médicaments, vaccins pour soi-disant aider les gens, former le personnel médical, éduquer les étudiants en médecine et plus encore. (3)

Ceux qui ont le pouvoir d'agir semblent penser que quelqu'un d'autre devrait agir d'abord.
La bonne nouvelle est que la science commence à prendre très au sérieux certains de ses pires défauts.
La mauvaise nouvelle est que personne n'est prêt à faire le premier pas pour nettoyer le système.

Le Pr. Gilles-Éric Seralini aborde également le sujet dans son livre Tous cobayes !, avec un scénario digne d'un thriller "La sous-évaluation des risques sanitaires liés aux polluants et aux OGM est le résultat d'une imbrication d'intérêts structurelle. Cependant, elle suppose aussi la participation consciente d'individus qui sacrifient leur éthique scientifique et citoyenne aux bénéfices personnels ou corporatistes qu'ils trouvent à cautionner un système objectivement injuste et dangereux." 

Étouffer le débat scientifique

Le dénigrement des lanceurs d'alerte et chercheurs « dissidents » va bon train et s'accompagne de différentes mesures de vexation et d'intimidation de la part de leur hiérarchie ou des institutions auxquelles ils sont rattachés. C'est édifiant. On érige ce modèle scientifique au service du pouvoir et de l'argent comme une religion et c'est nous les empêcheurs de tourner en rond, les citoyens, qui sommes traités d'ignorants complotistes et obscurantistes. Le Pr. Henri Joyeux qui n'a pas maché ses mots à l'encontre des laboratoires qui pensent plus au fric qu'aux malades, en a fait les frais et le débat public concernant les vaccins n'a jamais eu lieu ...

Fiez-vous à votre intuition, ne croyez pas systématiquement ce que l'on vous vend, apprenez à lire les étiquettes et informez-vous. Comme l'a écrit avec humour Julien Venesson dans Gluten, comment le blé moderne nous intoxique :

Si vous constatez que l'eau mouille, n'attendez pas l'avis des scientifiques pour sortir votre parapluie.

En d'autres termes si vous avez peur des additifs alimentaires suspects, que le lait vous donne des douleurs articulaires, que vous avez des mots de tête avec le WIFI, arrêtez de vous empoisonner ! Changez vos habitudes de vie.

Ces personnes ne condamnent pas les scientifiques, dont ils font partie, mais un système corrompu par le pouvoir, l'argent et les intérêts privés. Comme en politique, on voit où cela nous mène ... La défiance du public envers la vaccination, les OGM, les rayonnements électromagnétiques, les pesticides, les ondes radio sont alors bien légitimes.

La science truquées par les industriels

Pour conclure, une vidéo qui, malgré le parti pris, comme je l'ai fait dans cet article, les faits n'en sont pas moins vrais.

 

mouton lucide 1920

Merci à toutes et tous

Merci à tous ceux qui font entendre leur voix pour que la science reste au service des humains et ne soit pas une religion qui traite d'hérétique tous ceux qui n'y croient plus et qui ne font pas partie des "élus". Maintenant, il ne faudra plus dire "je ne m'informe pas sinon je ne vis plus", c'est tout le contraire.

Que la lumière soit votre guide.


Ahiga.

Source et liens

Crédits photos : pixabay


À propos

Quand on est un chercheur de vérité, ouvrir les yeux sur l'univers dans lequel vit l'humanité est souvent terrible, mais réserve aussi de belles découvertes. Je me suis toujours senti impliqué dans une démarche que je ne pouvait expliquer, en ceci je remercie tous les travailleurs de lumière pour les messages d'amour et de paix qui ont fait écho à ces questions longtemps sans réponses. Quand on parle de reconnexion, il ne s'agit bien évidemment pas d'internet, mais ça vous l'avez déjà compris ...

Citations

  • La légende du Colibri. Je fais ma part !
  • La vérité
  • Les marques
  • Les lois
  • Le gratuit
  • Ignorance
  • L'alimentaire
  • Amérindiens