Santé

Industrie agroalimentaire contre santé

Vote utilisateur: 4 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles inactives
 

La dernière enquête de Cash investigation (sept. 2016) fait de nouveau réagir. Les détracteurs reprochent le caractère partial de l'émission et les consommateurs découvrent qu'on joue une fois de plus avec leur santé.

Si vous n'avez pas vu ce reportage, vous y êtes invité pour SAVOIR.

Sans m'étendre sur la question des sels nitrités (E250) pointés du doigt dans l'enquête, je m'attarderai plus sur les méthodes pour vendre et défendre les merdes qui nous empoisonnent, car on retrouve les mêmes pratiques pour les additifs alimentaires suspects, les OGM, les pesticides ...

Stratégies mafieuses de l'agroalimentaire

Le reportage montre clairement que les géants de l'agroalimentaire usent de stratégies mafieuses pour continuer à vendre leurs poisons en dépit d'alertes répétées de chercheurs indépendants. En payant très grassement des agences de com spécialisées en coups tordus et quelques scientifiques, ils arrivent à gagner des années avant une probable interdiction.

Une discussion sur le sujet donnant souvent lieu à une réplique coupant court à tout débat : la science ne l'a pas démontré, les effets sur la santé ne sont pas avérés ... c'est une théorie du complot ... là on a une preuve, C'EST UN COMPLOT.

Dans le livre "Tous Cobayes" du Pr Séralini, il est question de ce genre de procédés qui consistent d'abord à tenter d'acheter le scientifique qui étudie le produit suspect, à le décrédibiliser si ça ne suffit pas ; en usant de communication, de faux ou en payant d'autres scientifiques moins scrupuleux ; et enfin de le flinguer professionnellement.

Les moyens de communication communément utilisés pour dénigrer et décrédibiliser des travaux d'enquête ou de recherche sur internet sont nombreux : les réseaux sociaux, YouTube, les blogs, Wikipédia, les forums, les commentaires d'articles de presse ... Vous avez surement entendu parlé des faux avis sur les sites de e-commerce ou dans des articles et vidéos sponsorisés (publirédactionnel) ou de diffamation sur Wikipédia.

Ne cherchez pas très loin pourquoi les interdictions de produits dont la toxicité est avérée sont souvent si tardives (l'amiante, le distilbène ...). Le glutamate monosodique ajouté à l'alimentation (MSG - E621) fait par exemple l'objet de centaines d'études attestant de sa nocivité probable, mais il y en a autant qui disent le contraire ...

L'industrie tire les ficelles de la règlementation

Comment peut-on avoir confiance dans ce système dès lors que les calculs concernant la Dose Journalière Acceptable (DJA) d'un produit sont aussi réalisés par le fabricant ? Voici un extrait d'un article de Marie-Monique Robin :

  Le problème c’est que ce sont les fabricants de poisons chimiques qui réalisent (ou font réaliser par des laboratoires privés) les études toxicologiques et que ce sont aussi eux qui calculent la DJA à partir des données qu’ils ont produites. Soyons précis : le fait que l’on demande aux industriels de financer les études toxicologiques qui serviront à autoriser la mise sur le marché de leurs produits est tout à fait normal. En revanche, il est complètement anormal que les études qu’ils financent ne soient jamais rendues publiques ni publiées dans des revues scientifiques! Et c’est pourtant le cas ! C’est ce que j’ai pu constater lors de ma visite à l’OMS, où se tenait une réunion du JMPR, le comité (dont j’ai parlé hier) qui est chargé de déterminer la DJA des pesticides. En effet, au JMPR, tout est secret : l’identité des experts, le contenu des sessions qui se tiennent à huis clos, et les données envoyées par l’industrie, qui sont couvertes par le secret commercial !. (source

Une raison supplémentaire de devenir végétarien

Après l'émission, on lance la polémique, on traite les journalistes d'incapables, alors que ce serait plus un débat citoyen. Il est plus facile d'écarter le peuple et de laisser les industriels gérer notre tambouille ... Ayez confiance dans le système on nous dit. Vous y croyez encore vous ? Après la vache folle, les poulets à la dioxine, les mélanges de viande, les élevages concentrationnaires, les abattoirs de la honte, voici une raison de plus de devenir végétarien.

Pétition pour la suppression des sels nitrités dans la charcuterie

En attendant l'interdiction de cette cochonnerie, vous pouvez signer la pétition Non au nitrite de sodium ici. Rien de ridicule dans la démarche, les parents s'inquiètent pour leurs enfants ou pour eux-même et c'est légitime. C'est une prise de conscience.

Plus les hommes seront éclairés plus ils seront libres !

Belle et lumineuse journée à vous.


Ahiga.

Source et liens

   Cash investigation, le replay
   Blog de Marie-Monique Robin avec des articles complémentaires

Notes : si la vidéo du replay n'est plus disponible, vous pouvez probablement retrouver le reportage sur Dailymotion, Youtube ou en Torrent.


À propos

Quand on est un chercheur de vérité, ouvrir les yeux sur l'univers dans lequel vit l'humanité est souvent terrible, mais réserve aussi de belles découvertes. Je me suis toujours senti impliqué dans une démarche que je ne pouvait expliquer, en ceci je remercie tous les travailleurs de lumière pour les messages d'amour et de paix qui ont fait écho à ces questions longtemps sans réponses. Quand on parle de reconnexion, il ne s'agit bien évidemment pas d'internet, mais ça vous l'avez déjà compris ...

Citations

  • La légende du Colibri. Je fais ma part !
  • La vérité
  • Les marques
  • Les lois
  • Le gratuit
  • Ignorance
  • L'alimentaire
  • Amérindiens